Ajouter favoris Set Page d'accueil
Position:Accueil >> Actualités

Produits Catégorie

Produits Mots

Sites Fmuser

L'avenir du service de traduction LPTV / TV prend-il forme?

Date:2019/10/16 18:12:25 Hits:



Parmi les opérateurs de télévision, les titulaires de licence de traduction TV et LPTV ont été confrontés aux plus grandes incertitudes alors que le remballage anticipé de la bande de télévision a commencé à se profiler. En effet, les plans de reconditionnement de la FCC ont jusqu'ici ignoré les LPTV et les traducteurs. Par conséquent, les titulaires de licence LPTV / traducteur ne savent pas si leurs stations continueront d’exister après le remballage: le processus de remballage fera passer les stations de pleine puissance et de classe A à bien moins de spectre qu’elles occupent actuellement, laissant un espace supplémentaire précieux aux LPTV. / traducteurs (sauf éventuellement dans les zones peuplées plus de chiens de prairie que de personnes). Et quiconque détient un permis de construire pour convertir en numérique une station LPTV / traducteur analogique existante ou pour construire une nouvelle station se demande maintenant si, s’ils procèdent à la construction, ils pourront utiliser ces installations reconstruites après la le remballage est terminé.

La FCC a enfin commencé à s'intéresser à ces préoccupations.


Délais de construction numériques.

Premièrement, le Conseil a suspendu indéfiniment la date limite de 1, 2015, annoncée précédemment, en septembre, pour le passage de tous les traducteurs LPTV / traducteurs au mode numérique. Dans un troisième Avis de proposition de réglementation (troisième NPRM), le Conseil a indiqué qu’une échéance ultérieure serait probablement nécessaire compte tenu de l’impact attendu du processus de remballage de la télévision sur ces stations.

Et pour la même raison, il a pareillement suspendu les délais de construction spécifiés dans tous les permis de construction en suspens pour les nouvelles stations numériques LPTV / traducteur. Comme nous l'avons indiqué précédemment, le Conseil a jusqu'à présent refusé de prolonger les délais du CP, ce qui a obligé les titulaires de permis à déposer des demandes répétées de prolongation. Plus maintenant. (Toute demande actuellement en attente de prolongation de ces délais CP sera probablement rejetée comme sans objet.)

De nouvelles échéances pour la transition numérique complète et l'achèvement de la construction de PC sont sur le point d'être adoptées en ce qui concerne le règlement des problèmes soulevés dans le troisième NPRM, qui examine un large éventail de problèmes affectant l'avenir de la télévision à péage en général. L’idée initiale de la FCC est de faire en sorte que le délai de construction de nouvelles stations soit identique à celui de modification des stations analogiques existantes en mode numérique (que ce soit par coupure flash de leurs canaux analogiques existants ou par l’utilisation de canaux complémentaires séparés). La Commission sollicite des commentaires sur le futur délai.

D’une part, la FCC estime que fixer un nouveau délai fixe maintenant, avant l’enchère incitative, pourrait donner aux titulaires de licences LPTV / traducteurs plus de «certitude» quant au délai éventuel de réalisation.

D'autre part, la Commission voudra peut-être attendre après la vente aux enchères incitative. Après tout, la vente aux enchères déterminera en grande partie (mais pas entièrement) le plan de réemballage des stations à pleine puissance et des stations de classe A, qui déterminera à son tour quels traducteurs LPTV / traducteurs devront être déplacés et quelles autres chaînes pourraient être disponibles.

Le timing pourrait fonctionner comme ça. Après la clôture de l'enchère, le Conseil annoncera les nouvelles assignations de canaux pour les stations à pleine puissance et les stations de classe A. Ces stations disposeront alors de trois mois pour demander aux CP de déplacer leurs chaînes postérieures au remballage; mais, en ajoutant à l'incertitude pour LPTV / traducteurs, les stations de pleine puissance et de classe A seront autorisées à rechercher d'autres modifications de chaîne et d'autres installations. Par conséquent, les titulaires de licence de LPTV / traducteur et les titulaires de licence ne sauront probablement pas quelles sont leurs options avant six mois ou plus après la clôture de la vente aux enchères.

Cela étant, la FCC envisage de fixer à 12 le délai de construction LPTV plusieurs mois après la clôture de la vente aux enchères. Sur le plan pratique, cependant, cela semble un peu optimiste: même après que les stations à pleine puissance et de classe A auront résolu leurs assignations de canaux, la FCC devra toujours traiter toutes les applications de changement de chaîne LPTV (y compris un délai d’attente de préavis public obligatoire 30). et coordination internationale près des frontières). Oh oui, les titulaires de licence LPTV / traducteur devront également trouver des fabricants pour produire tout équipement de remplacement éventuellement nécessaire, ainsi que des grues à tour pour changer les antennes. (Contrôle de la réalité: 44% des stations LPTV et 20% des traducteurs de télévision n’ont pas encore été convertis au numérique, il faudra donc beaucoup d’équipements et d’installations pour compléter la transition numérique.)

Bien que la FCC ne puisse pas fixer de date limite rigide pour le début des opérations numériques, elle entend néanmoins adopter une date limite absolue pour la fin des opérations analogiques des traducteurs LPTV et TV. Mais ces délais sont étroitement liés. Dès qu'une station analogique est désactivée, une horloge de mois 12 commence à fonctionner: si la station ne reprend pas son activité au cours des mois 12, sa licence expire automatiquement. Il est donc essentiel que cette station revienne en numérique au cours de cette période. En d’autres termes, bien que la FCC puisse considérer le délai de résiliation de l’analogique et le début de l’opération numérique comme distincts, le premier peut dans de nombreux cas déterminer par la lettre.

Pour accroître la pression sur les opérateurs non numériques, la FCC propose de dispenser les fabricants de l’obligation d’inclure les syntoniseurs analogiques dans les téléviseurs et les enregistreurs numériques. Si cela se produit, un traducteur LPTV ou un traducteur accroché en analogique (et non sur câble) sera exclu d'un nombre croissant de foyers à mesure que les téléviseurs seront remplacés au fil du temps.


Partage de chaînes LPTV / Translator après le remballage.

En regardant comment les stations de traduction LPTV et TV pourraient survivre après le remballage, la FCC propose quelques idées, dont aucune n’est nouvelle.

Le partage de chaîne peut être autorisé, y compris par plus de deux stations. Une station survivante pourrait partager avec une station qui ne survivrait pas autrement, ou deux stations ou plus contraintes de changer de chaîne pourraient déposer une demande commune pour partager une nouvelle chaîne. La division de la capacité des canaux serait laissée aux stations aussi longtemps que chaque station aurait le droit de diffuser au moins un canal vidéo libre en définition standard à temps plein. Le partage de canal n'est pas la même chose que de créer un flux numérique. Dans une situation de partage de canal, chacune des parties partageant un canal a sa propre licence et son indicatif d'appel FCC, chacune est responsable devant la FCC pour toutes ses actions et aucune n'est responsable des actions des autres. Dans un contrat de courtage en temps, un hôte détient la seule licence FCC et assume la responsabilité ultime de tout le contenu sur tous les flux.

La FCC prévoit de réglementer dans une certaine mesure les accords de partage, en examinant des questions telles que l’entretien des équipements, les relations financières, l’accès à l’usine de transport, et ce qui se produit si un partisan souhaite vendre ses intérêts ou se retirer de ces accords. Le retrait est une question particulièrement délicate en ce qui concerne le partage que la FCC a encouragé à utiliser des stations de classe A et à pleine puissance, car la FCC a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas que les autres participants puissent légalement reprendre le pouvoir abandonné par une partie qui se retire. . La possibilité que le droit de récupérer de la capacité puisse être restreint a refroidi la volonté de certains licenciés d’envisager le partage. Une pétition visant à supprimer cette restriction est en attente, et nous entendons dire que la FCC est consciente de la nécessité d’être soulagée si elle souhaite encourager le partage.

Bien qu'il soit probable que la FCC autorise le partage lorsque toutes les parties sont des chaînes LPTV ou des traducteurs de télévision, la situation devient plus compliquée si un traducteur LPTV ou un traducteur souhaite partager avec une station de classe A, ou si une station de télévision LPTV ou de classe A souhaite partager avec une centrale électrique complète. Vraisemblablement, chaque parteur conservera ses droits et obligations existants; mais les stations de classe A / LPTV partageant une station de puissance totale pourront-elles fonctionner à puissance égale, et une station LPTV partageant une station de classe A ou une station de puissance complète acquerront ainsi le statut de spectre primaire dont bénéficie le partage partenaire? Ces domaines sont ceux où les choses se compliquent un peu.

Traducteurs numériques de remplacement. Après la transition numérique 2009 TV à pleine puissance, la FCC a autorisé les stations à pleine puissance à obtenir des «convertisseurs numériques de remplacement» (DRT) pour combler les lacunes de leur zone de service numérique dans laquelle ils fournissaient auparavant un service analogique. La FCC propose maintenant de mettre fin à la licence de nouveaux DRT liés à la transition numérique, mais d'ouvrir une fenêtre de classement pour les nouveaux DRT afin de combler les lacunes de la zone de desserte d'une centrale pleine après le remballage de cette dernière. Les lacunes sont probablement importantes lorsqu'une centrale entièrement électrique passe volontairement de la bande UHF à la bande VHF. La FCC n'a pas encore dit si une centrale électrique pourrait collecter des fonds d'enchères pour passer à la VHF, mais ensuite revenir dans la bande UHF en demandant des DRT UHF.

En outre, la FCC propose de donner la priorité à ces nouveaux DRT par rapport: (a) aux applications des stations LPTV existantes (en cherchant à modifier les installations, notamment en réduisant le déplacement des personnes pour passer à une nouvelle chaîne); et (b) les applications pour les nouvelles stations LPTV. Cette priorité s’appliquerait même si la demande DRT était déposée ultérieurement. Cela signifie que toute nouvelle date butoir pour la construction de LPTV pourrait être compromise non seulement par les demandes des stations à pleine puissance et de classe A de changer de chaîne ou de modification des installations, mais également par les applications DRT sortant du bois. En plus de cela, la FCC propose de spécifier la période de construction normale de trois ans pour les DRT, ce qui signifie que les stations à pleine puissance pourraient bloquer les chaînes nécessaires aux stations LPTV et aux traducteurs de télévision sans construire rapidement leurs DRT.

Le processus de demande post-remballage. Au moment venu pour les LPTV et les traducteurs de télévision de jouer des fauteuils à spectre musical après le remballage en pleine puissance et la classe A, la FCC a l'intention de leur ouvrir une première fenêtre d'applications. Toutes les demandes déposées pendant cette période seront considérées comme déposées le même jour. Après la fenêtre, les demandes seraient traitées selon le principe du premier arrivé, premier servi. Si des applications mutuellement exclusives sont déposées, une fenêtre s'ouvrira pour les accords de transaction, y compris le retrait des applications et les propositions de partage de canal. Si aucune solution n'était trouvée, des applications mutuellement exclusives seraient probablement mises aux enchères - bien que, étant donné les très basses offres des précédentes adjudications LPTV, la FCC évitera probablement toute autre adjudication LPTV si elle est capable de le faire.

La FCC a proposé de faciliter les modifications de chaînes par rapport aux traducteurs LPTV et TV, en proposant d’utiliser son propre logiciel d’optimisation pour faciliter la recherche des chaînes disponibles. L’idée initiale était que la FCC publierait une liste des chaînes éventuellement disponibles et laisserait les licences LPTV et les traducteurs licenciés solliciter ces chaînes s’ils le souhaitaient. On ne sait pas comment la FCC choisirait les sites d’émetteurs pour sa liste de canaux. Dans cet esprit, le Conseil demande toutefois s'il devrait éliminer les restrictions existantes concernant les demandes de modification mineure LPTV / traducteur. (Actuellement, les modifications «mineures» sont limitées aux modifications de site ne dépassant pas les miles 30; la zone de service proposée doit également chevaucher la zone de service précédemment autorisée.) Cet assouplissement devrait faciliter la recherche de nouveaux canaux et le partage de canaux.

Chaîne 6 «franken-FM». Enfin, la FCC a décidé de s’embrouiller avec le sujet controversé des stations de télévision sur chaînes Channel 6 qui fournissent des services de type station de radio sur leur porteuse auditive. Bien entendu, la chaîne 6 se situe juste en dessous de la bande de radio FM et peut être captée par la plupart des radios FM. Une station LPTV à commande numérique ne transmet normalement aucun signal auditif analogique que les radios FM peuvent recevoir. Cependant, des techniques ont été développées pour combiner une porteuse auditive analogique avec un signal de télévision numérique. La FCC n'a pas encore autorisé leur utilisation, mais elle demande maintenant si elle le devrait.

Cette idée peut sembler une aubaine pour les stations Channel 6, mais la FCC a ajouté quelques zingers. Premièrement, l’audio analogique peut être considéré comme un service auxiliaire, similaire aux flux de données transmis par les stations de télévision. La mauvaise nouvelle: le gouvernement est à 5% du revenu brut de ces flux. Deuxièmement, le Conseil peut décider de protéger formellement les stations de radio situées à l'extrémité inférieure de la bande FM contre les brouillages. Cela pourrait arrêter certaines stations LPTV émises par Channel 6. Enfin, la FCC demande si l’audio analogique du canal 6 devrait être soumis à toutes les obligations d’intérêt public normalement associées aux stations de radiodiffusion. Cela imposerait une nouvelle réglementation importante en matière de contenu, à laquelle les stations de télévision à la télévision à péage n’ont jamais été confrontées. Cependant, étant donné que les frais 5% de services auxiliaires s’appliquent uniquement aux services autres que de diffusion, nous ne savons pas comment la FCC pourrait à la fois les collecter et imposer de nouvelles obligations réglementaires.


Si vous souhaitez construire une station de radio, renforcer votre émetteur radio FM ou avez besoin de tout autre Équipement FM, n'hésitez pas à nous contacter: zoey.zhang@fmuser.net.

Laisser un message

Nom *
Email *
Téléphone
Adresse
Code Voir le code de vérification? Cliquez rafraîchir!
Message

Liste des messages

Commentaires Chargement ...
Accueil| À propos de nous| Produits| Actualités| Télécharger| Assistance| Remarques| Contactez-Nous| Service Clients
FMUSER Fournisseur à guichet unique de diffusion FM / TV
Contactez-Nous