Ajouter favoris Set Page d'accueil
Position:Accueil >> Actualités

Produits Catégorie

Produits Mots

Sites Fmuser

Émetteurs relais dans différents pays

Date:2019/10/14 15:26:30 Hits:


Quebec
Au Canada, le terme «réémetteur» ou «émetteur de réémission» sont les termes les plus couramment utilisés par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).


TÉLÉVISION
Un rediffuseur de télévision peut vendre de la publicité locale ou régionale pour diffusion uniquement sur l'émetteur local. Dans de rares cas, ils peuvent diffuser des émissions limitées distinctes de leur station mère. Certains "semi-satellites" diffusent des bulletins de nouvelles locales ou des segments de nouvelles distincts dans une partie d'un bulletin de nouvelles.


Il n'y a pas de règle stricte pour l'indicatif d'appel d'un rediffuseur de télévision. Certains émetteurs ont des indicatifs d'appel différents de la station mère (CFGC à Sudbury est un réémetteur de CIII), d'autres utilisent l'indicatif de la station d'origine suivi d'un numéro (tel que l'ancien CBLFT-17 à Sarnia, Ontario). . Ce dernier type inclut officiellement le suffixe "-TV" de la chaîne de télévision entre l'indicatif d'appel et le numéro, bien qu'il soit souvent omis des annuaires de médias. Les numéros sont généralement appliqués de manière séquentielle, en commençant par "1", et indiquent l'ordre chronologique dans lequel les émetteurs de rediffusion de la station ont commencé à fonctionner. Certains radiodiffuseurs peuvent utiliser un système dont le numéro est le canal de diffusion de l'émetteur, tel que CJOH-TV-47 à Pembroke, en Ontario. Un radiodiffuseur ne peut pas mélanger les systèmes de numérotation sous un seul indicatif; les émetteurs sont numérotés de manière séquentielle ou par leur canal analogique. Si la numérotation séquentielle atteint 99 (comme les anciens émetteurs de diffusion de TVOntario), un nouvel indicatif est attribué à l'émetteur suivant et est numéroté "1". Les traducteurs qui partagent une fréquence (tels que les anciens répéteurs CBLET, CBLHT, CBLAT-2 et CH4113 sur le canal 12) reçoivent des indicatifs d'appel distincts.


Les rediffuseurs numériques peuvent être numérotés par le numéro de chaîne de télévision du signal analogique qu'ils ont remplacé. CICO-DT-53 de TVOntario (26 UHF numérique, Belleville) en est un exemple; la station a été convertie au format 2011 pour libérer un canal analogique hors cœur (UHF 53) et conserve l'ancienne numérotation des indicatifs d'appel de télévision UHF analogique de CICO-TV-53 en tant que répéteur TVO survivant.


Les rediffuseurs de faible puissance peuvent avoir un indicatif d'appel composé des lettres "CH" suivies de quatre chiffres; CH2649 à Valemount, en Colombie-Britannique, est un réémetteur du canal CHAN de Vancouver. Les rediffuseurs de ce type sont numérotés de manière séquentielle dans l'ordre où ils ont été autorisés par le CRTC, et leurs indicatifs d'appel ne sont pas liés à la station mère ni aux autres rediffuseurs. Bien que le numéro suivant dans la séquence (CH2650 à Anzac, Alberta) soit un réémetteur de CHAN, cela est dû au fait que CH2649 et CH2650 ont été concédés sous licence simultanément; le numéro suivant, CH2651, est un réémetteur (également en anzac) de CITV d'Edmonton. Les rediffuseurs d'une station ne sont pas nécessairement nommés de la même manière; CBLT avait des réémetteurs avec leurs propres indicatifs d'appel (certains utilisaient CBLT suivi d'un numéro et d'autres utilisaient des numéros CH).


Les réémetteurs appartenant à CBC et à Radio-Canada ont été fermés le mois d’août de 1, 2012, de même que la plupart des émetteurs de TVOntario (souvent situés sur des sites de Radio-Canada) et certains émetteurs du Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN) dans le pays. extrème nord. Les radiodiffuseurs commerciaux privés exploitent des rediffuseurs à pleine puissance pour obtenir le statut de diffusion obligatoire sur les systèmes de télévision par câble.


Les émetteurs de petits marchés avec une (ou aucune) station d'origine n'étaient, dans la plupart des cas, pas tenus de passer au numérique, même s'ils fonctionnaient à pleine puissance. Les émetteurs diffusant sur des canaux UHF 52 – 69 devaient libérer les canaux au plus tard le mois d’août 31, 2011; certains (comme un réémetteur de CKWS-TV à Brighton, en Ontario et trois sites de TVOntario) sont passés au numérique dans le cadre du passage à une fréquence inférieure, mais n'offrent pas de télévision à haute définition, de sous-canaux numériques ni d'autres fonctions que celles d'origine. site analogique.


RADIO
Comme une station de télévision, un réémetteur radio peut avoir un indicatif d'appel distinct ou utiliser l'indicatif d'appel de la station d'origine suivi d'un suffixe numérique. Le suffixe numérique, cependant, est toujours séquentiel.


Pour un réémetteur d'une station FM, le suffixe numérique est ajouté au suffixe FM; les rediffuseurs de CJBC-FM à Toronto sont numérotés CJBC-FM-1, CJBC-FM-2, etc. Si une station AM a un rediffuseur sur la bande FM, le suffixe numérique se situe entre l'indicatif à quatre lettres et le suffixe FM; CKSB-1-FM est un réémetteur FM de la station AM, CKSB, et CKSB-FM-1 serait un réémetteur de CKSB-FM.
Un radiodiffuseur est limité à deux stations sur une bande dans un marché, mais un moyen possible d'obtenir un troisième signal FM sur le marché consiste à utiliser un réémetteur de la station AM pour déplacer le signal sur une FM de faible puissance. À Sarnia, Blackburn Radio est propriétaire de CFGX-FM (99.9) et de CHKS-FM (106.3). CHOK (1070 kHz), sa troisième station à Sarnia, utilise un répéteur FM pour la couverture de la ville en tant que pays 103.9 FM (bien que le signal AM demeure le principal émetteur officiel de la station).


Les retransmetteurs radio de faible puissance peuvent avoir un indicatif composé de "VF" suivi de quatre numéros; Cependant, un indicatif de ce type peut également désigner une station de faible puissance qui lance sa propre programmation. Certaines stations autorisées selon les lignes directrices du CRTC en matière de radiodiffusion expérimentale, une classe spéciale de licence de courte durée (semblable à une autorisation temporaire spéciale) parfois octroyée aux nouvelles opérations de radio de campus et de radio communautaire, peuvent comporter un indicatif composé de trois lettres de partout au Canada. UIT -Préfixe suivi de trois chiffres (tels que CFU758 ou VEK565). Les autres stations de cette classe de licence ont reçu les indicatifs d’appel conventionnels Cxxx. Les anciens rediffuseurs ont parfois été convertis en stations de départ, en conservant leur ancien indicatif; CITE-FM-1 à Sherbrooke, CBF-FM-8 à Trois-Rivières et CBAF-FM-15 à Charlottetown en sont des exemples.



Mexique
Au Mexique, les stations de traduction et de rappel reçoivent l'indicatif d'appel de la station mère.


TÉLÉVISION
La plupart des stations de télévision au Mexique sont exploitées en tant que rediffuseurs des réseaux qu’elles diffusent. Les stations de traduction au Mexique reçoivent des indicatifs d’appel commençant par XE et XH. Televisa et Azteca gèrent chacune deux réseaux nationaux. Le réseau Canal de las Estrellas de Televisa comprend des stations 128 (la plupart au Mexique) et les réseaux d'Azteca disposent de stations 88 et 91. [Citation nécessaire] Les stations peuvent insérer de la publicité locale. Les stations Azteca dans les grandes villes peuvent inclure des informations locales et une quantité limitée de contenu régional; Televisa préfère utiliser son réseau non national Gala TV et ses stations régionales Televisa comme débouchés pour la production locale. Un certain nombre de traducteurs desservent également des zones avec peu ou pas de signal dans leur zone de couverture définie, appelées équipements complémentaires de zone de combat (en anglais: shadow channel). La plupart des canaux fantômes diffusent la même programmation que leur station mère. La chaîne multimédia nord et centrale Multimedios Televisión à Monterrey utilise le même système dans une moindre mesure (son XHSAW-TDT est le canal fantôme de la station principale XHAW-TDT à Monterrey), avec une sortie régionale pour les bulletins de nouvelles locales et la publicité diffusée selon un horaire principal.


Il existe deux principaux réseaux nationaux de chaînes de télévision non commerciales au Mexique. L'un est le réseau Canal Once (ou XEIPN-TDT), exploité par l'Instituto Politécnico Nacional (IPN). Exploitant des émetteurs 13, il diffuse ses programmes dans le cadre d’un contrat avec le réseau public Quintana Roo. L’autre réseau, exploité par la Sistema Público de Radiodifusion de l’État mexicain (SPR), dispose de stations 26 (16 opérationnel); la plupart sont numériques. Les émetteurs SPR sont presque exclusivement situés dans des villes où l’IPN n’a jamais construit de stations et transporte Canal Once comme l’un des cinq réseaux éducatifs du multiplexe de la station numérique.


Vingt-six des États mexicains 32 possèdent et exploitent également des services de télévision, et 16 utilise plusieurs émetteurs. Le plus grand (en nombre de stations) est Telemax, le réseau d’État de Sonora, doté d’émetteurs 59. De nombreux émetteurs du réseau d’État émettent à une faible puissance apparente rayonnée (PAR). Quelques stations appartiennent à des municipalités ou à des associations de traducteurs. Comme les réseaux d’État, ils transmettent à très faible puissance.


Les émetteurs rediffusant des stations de Mexico City en Basse-Californie et dans d'autres localités de la côte du Pacifique fonctionnent normalement avec un retard de deux heures derrière la station d'origine; il y a une heure de retard à Sonora et Quintana Roo (une heure d'avance sur le centre du Mexique en 2015) reçoit des programmes une heure plus tard qu'ils ne sont diffusés dans la majeure partie du Mexique.


RADIO
Il existe dix canaux shadow 15 FM et ils doivent co-utiliser le même canal que les stations qu'ils retransmettent. Quintana Roo possède le plus grand nombre de chaînes shadow FM (sept), environ la moitié du total national. Trois autres ombres FM sont autorisées: XETIA-FM / XEAD-FM (Ajijic, Jalisco) et XHRRR-FM (Tecolula, Veracruz).



États-Unis
RADIO
En juillet 2009, les règlements de base de la FCC concernant les traducteurs ont été


Les traducteurs FM peuvent être utilisés pour la traduction entre bandes; ceci a supprimé la restriction empêchant les traducteurs FM de retransmettre les signaux AM.
Aucun traducteur (ou rappel) ne peut transmettre autre chose que la diffusion simultanée de sa station mère agréée, à l'exception des avertissements d'urgence (tels que EAS) et 30 secondes par heure de levée de fonds.
La station mère doit identifier tous ses traducteurs et boosters entre 7 et 9, 12: 55 et 1: 05 pm et 4 et 6 pm chaque jour de radiodiffusion, ou chaque appareil doit être équipé d'un appareil automatisé (audio ou FSK) toutes les heures. identification.
La puissance maximale est égal au progiciel ERP 250 watts pour un traducteur et au pourcentage, 20 du progiciel ERP maximal admissible pour la classe de la station principale en tant que surpresseur. Il n'y a aucune limite de hauteur pour les traducteurs de remplissage dans le contour de service de la station principale.
Un traducteur (ou un amplificateur) doit cesser de transmettre si le signal de la station mère est perdu; cela aide à empêcher la retransmission non autorisée d'autres stations.


Il existe une différence de programmation entre une station principale et un traducteur FM: un signal HD Radio peut contenir des sous-canaux numériques avec une programmation différente de celle du canal analogique principal, et un traducteur peut diffuser des émissions à partir du sous-canal HD2 de la station d'origine en tant que principal canal analogique du traducteur. signal. W237DE (95.3 MHz à Harrisburg, Pennsylvanie) diffuse le format précédemment porté par WTCY (1400 AM, maintenant WHGB), recevant le signal d'un site WNNK (104.1 FM) HD2 destiné à la retransmission analogique du site de la tour WNNK sur 95.3. Il s'agit légalement d'un répéteur FM d'une station FM, bien que chaque signal soit entendu avec un contenu unique par les utilisateurs de radiorécepteurs FM analogiques.


Les stations commerciales peuvent posséder leurs traducteurs (ou boosters) lorsque le traducteur (ou booster) se trouve dans le contour de service principal de la station mère; ils ne peuvent remplir que là où le terrain bloque le signal. Les boosters ne peuvent appartenir qu'à la station principale; les traducteurs situés en dehors du contour de service d'une station principale ne peuvent pas appartenir à la station principale ni recevoir un soutien financier de celle-ci. La plupart des traducteurs fonctionnent en recevant le signal en direct de la station principale avec une antenne directive et un récepteur sensible, puis en retransmettant le signal. Ils ne peuvent pas émettre dans la bande réservée FM de 88 à 92 MHz, où seules les stations non commerciales sont autorisées. Les stations non commerciales peuvent toutefois diffuser dans la partie commerciale de la bande. Contrairement aux stations commerciales, elles peuvent relayer la programmation aux traducteurs par satellite si les traducteurs sont dans la bande réservée. Les traducteurs de la bande commerciale ne peuvent être alimentés que par un signal en direct d'une autre station FM (ou d'un traducteur). Selon la règle 74.1231 (b) de la FCC, les traducteurs commerciaux à bande non renseignée ne peuvent pas être alimentés par satellite. Toutes les stations peuvent utiliser n'importe quel moyen pour alimenter un rappel.


Toutes les stations de traduction et de rappel américaines sont de faible puissance et ont une licence de classe D, ce qui les rend secondaires par rapport à d'autres stations (y compris la maison mère); ils doivent accepter les interférences des stations à pleine puissance (100 watts ou plus sur FM), sans causer pour autant la leur. Les boosters ne doivent pas interférer avec la station mère de la communauté de licence. Les licences sont automatiquement renouvelées avec celle de la station mère et ne nécessitent pas d'applications séparées, bien que le renouvellement puisse être contesté avec une demande de refus. L’indicatif d’appel complet (y compris le suffixe -FM, même s’il n’a pas été attribué) est attribué à la station mère, ainsi qu’à un numéro de série tel que WXYZ-FM1, WXYZ-FM2, etc.


Les stations de traduction FM peuvent utiliser des indicatifs d’appel numérotés séquentiels composés de K ou W suivis d’un numéro à trois chiffres (201 à 300, correspondant de 88.1 à 107.9 MHz), suivis d’une paire de lettres attribuées séquentiellement. Le format est similaire à celui utilisé par les traducteurs de télévision numérotés, où le numéro fait référence à l'attribution de canal permanente. Le plus grand système de traducteur radio terrestre aux États-Unis en octobre 2008 appartenait à KUER-FM, la station de radio non commerciale de l'Université de l'Utah, avec des stations de traduction 33 allant de l'Idaho au Nouveau-Mexique et en Arizona.


TÉLÉVISION
Contrairement à la radio FM, les stations de télévision de faible puissance peuvent fonctionner en tant que traducteurs ou créer leur propre programmation. Les stations de traduction reçoivent des indicatifs d'appel commençant par W (est du fleuve Mississippi) ou K (ouest du Mississippi, comme les stations ordinaires), suivis d'un numéro de canal et de deux lettres en série pour chaque canal; les premières stations d’un canal sont AA, AB, AC, etc.). Les chaînes de télévision ont deux chiffres, de 02 à 51 (anciennement 02 à 83); Les canaux radio FM sont numérotés de 200 (87.9 MHz) à 300 (107.9 MHz), un tous les 0.2 MHz (par exemple, W42BD ou K263AF). Un X après le numéro dans ces indicatifs d'appel n'indique pas de licence de radiodiffusion expérimentale (comme dans d'autres services), toutes les lettres 26 étant utilisées dans la séquence. En janvier, 2011, la plus haute paire de lettres utilisée était ZS (K13ZS-D est traducteur de KTSC à Sargents, Colorado).


Les stations de traduction numérotées (un format tel que W70ZZ) sont généralement des répéteurs de faible puissance - souvent 100 watts (ou moins) sur FM et 1,000 watts (ou moins) à la télévision. L'ancien groupe de traducteurs, les chaînes de télévision UHF, 70 à 83, était à l'origine principalement occupé par des traducteurs de faible puissance. La combinaison de faible puissance et haute gamme de diffusion limitée. La bande a été réaffectée aux services de téléphonie cellulaire pendant les 1980, la poignée d’émetteurs restants ayant été déplacée vers des fréquences plus basses.


Les répéteurs à puissance maximale tels que WNPI-TV, l'émetteur à double identique de WPBS-TV, se voient attribuer les indicatifs d'appel -TV comme les autres stations à puissance maximale. Ces "stations satellites" n'ont pas d'indicatif d'appel numéroté et doivent fonctionner de la même manière que les autres diffuseurs à pleine puissance. Cette diffusion simultanée n’est généralement pas réglementée par la FCC, sauf dans le cas où le propriétaire d’une station souhaite être exempté d’exigences telles que les restrictions imposées à la propriété de plusieurs stations à service complet sur le même marché, les limites imposées au chevauchement de la zone de couverture entre stations appartenant chaque station offrant des services complets a un studio local et un personnel restreint capable de créer des émissions localement. Ces exemptions sont normalement justifiées par des difficultés économiques, lorsqu'une zone rurale incapable de supporter une station de départ offrant des services complets peut être en mesure de faire fonctionner un réémetteur à pleine puissance. Certaines stations (comme KVRR à Fargo, dans le Dakota du Nord) sont des chaînes de quatre émetteurs de pleine puissance, chacune avec son propre indicatif et son propre numéro de licence, couvrant une vaste région peu peuplée.


Les stations LPTV peuvent également choisir un indicatif d’appel à quatre lettres avec suffixe -LP (partagé avec un récepteur FM de faible puissance) pour analogique ou -LD pour le numérique; ceci est généralement fait seulement si la station commence la programmation. Les stations de télévision de classe A reçoivent des appels dotés des suffixes -CA et -CD. Les stations numériques qui utilisent des numéros reçoivent un suffixe -D, tel que W42BD-D. Tous sont malgré le fait que la FCC a abandonné le suffixe -DT (à l'origine -HD) de la plupart des stations de télévision numérique à pleine puissance avant la mise en œuvre des options -D et -LD. Les numéros de chaînes RF numériques des stations de télévision numérique à la carte font partie de l'indicatif d'appel numérique, ce qui peut différer du canal virtuel (numéro analogique).


Les traducteurs de radiodiffusion numérotés qui sont déplacés vers une autre fréquence se voient normalement attribuer de nouveaux indicatifs d'appel pour refléter l'attribution de canal mise à jour. Ce n'est pas le cas des traducteurs déplacés utilisant une autre fréquence temporairement sous l'autorité technique spéciale. Bien que K55KD puisse conserver son indicatif d'appel alors qu'il était temporairement déplacé vers le canal 57 pour résoudre les problèmes d'interférences avec les utilisateurs de MediaFLO, W81AA aurait reçu un nouvel indicatif lorsque le canal 81 aurait été supprimé du plan de bande. Dans les rares cas où une station revient sur son canal d'origine, elle reçoit son ancien indicatif (qui n'est pas réutilisé par une autre station).


Transition numérique
Les stations de télévision à faible puissance ne sont pas obligées de diffuser simultanément un signal numérique, pas plus qu'elles ne sont obligées de cesser leurs activités analogiques en juin 2009 comme les stations à pleine puissance. Les stations de grande puissance utilisées pour la diffusion simultanée d’une autre station devaient (comme les autres chaînes de télévision à service complet) être converties au numérique en juin 2009. La FCC définit les "stations de télévision par satellite" comme "des stations de radiodiffusion à pleine puissance autorisées en vertu de la partie 73 des règles du Conseil à retransmettre tout ou partie de la programmation d'une station mère qui appartient généralement à des propriétaires communs". Étant donné que la plupart des stations satellites opèrent dans des zones peu peuplées ou peu peuplées et que leur base économique est insuffisante pour permettre des services complets, beaucoup ont reçu l'autorisation de la FCC, au cas par cas, de passer du mode analogique au mode numérique sur la même chaîne au lieu de la diffusion simultanée dans les deux formats pendant la transition numérique.


Bien qu'aucun mandat de télévision numérique n'ait été imposé aux stations de télévision à faible puissance existantes, le Congrès a adopté une loi dans 2008 qui finance les stations de faible puissance qui sont passées au numérique à la date de conversion ou peu de temps après. Certaines stations à faible puissance ont été forcées de changer de fréquence pour prendre en charge les stations à pleine puissance qui sont passées à UHF ou ont exploité des canaux numériques d'accompagnement sur UHF pendant la période de transition. Grâce à 2008, les titulaires de licence 55 des chaînes à faible et pleine puissance ont été encouragés à délocaliser tôt le spectre pour libérer les émetteurs MediaFLO de Qualcomm.


Grâce à 2011, les derniers diffuseurs LPTV sur les chaînes UHF de 52 à 69 ont été forcés sur des chaînes inférieures. De nombreux émetteurs de la bande de traduction UHF 70 – 83 d'origine ont dû se déplacer deux fois; Les chaînes 70 – 83 ont été perdues au profit des téléphones mobiles sous 1983, suivies des chaînes 52 – 69 entre 2009 et 2011. De nombreux traducteurs de faible puissance ont également été directement affectés par la conversion de la station mère en télévision numérique. Les traducteurs ayant reçu un signal analogique en direct d'une station de télévision à service complet en vue d'une rediffusion devaient convertir leur équipement de réception, de la même manière que les téléspectateurs individuels utilisaient des convertisseurs numériques. Bien que le signal transmis par le répéteur ait pu rester analogique, la liaison montante a dû être modifiée. Vingt-trois pour cent des traducteurs agréés 4,000 ont reçu une subvention fédérale-gouvernementale de 1,000 pour une partie de l'équipement supplémentaire. De nombreux autres traducteurs se sont assombris après la date limite de la transition numérique ou n'ont pas demandé de nouvelles chaînes après que les chaînes UHF 52 – 69 aient été supprimées du plan de bande.


Certains petits traducteurs convertissent directement le signal d'une station mère en une autre fréquence pour la rediffusion, sans autre traitement ou démodulation de signal local. W07BA (un répéteur 16-watt pour WSYR-TV à Syracuse, New York) était un simple appareil de radiodiffusion, déplaçant le signal de la station principale du canal neuf au canal sept pour couvrir une petite vallée de DeWitt. Syracuse est devenue une île UHF, le signal principal ABC de WSYR-TV est devenu une émission numérique 100 kW sur le canal 17 et il n’ya plus de signal 9 sur la chaîne pour alimenter le répéteur.

Les traducteurs situés dans des régions éloignées, dépourvues de toute puissance commerciale, auraient probablement du mal à déployer des équipements pour une liaison montante numérique. Bien que de nombreux traducteurs aient poursuivi leurs émissions analogiques et qu'une minorité soit passée au numérique, certaines communautés rurales s'attendaient à ce que tous les signaux de traduction locaux disparaissent à la suite de la transition des stations émettrices.



CONTROVERSE
Selon la loi, les radiodiffuseurs locaux à service complet sont les principaux occupants de la bande de radiodiffusion FM; LPFM et les traducteurs sont des occupants secondaires avec un statut théoriquement égal. Dans la pratique, toutefois, les fréquences attribuées aux traducteurs ne sont plus disponibles pour les nouvelles stations LPFM ou les stations existantes qui souhaitent améliorer leur fréquence.
Certaines distinctions désavantagent les petits opérateurs LPFM locaux:


La puissance maximale d'une station LPFM (10 ou 100 watts, en fonction de la classe de la station) est inférieure à celle des plus grands traducteurs de diffusion FM (250 watts), ce qui limite la portée du signal LPFM.
L'espacement minimal (en distance et en fréquence) entre les stations est moins strict pour les traducteurs que pour les candidats LPFM. Bien que l'espacement des traducteurs soit basé sur les niveaux de contour du signal (en tenant compte du terrain et des obstacles), les stations LPFM ont une exigence de distance minimale plus restrictive.
Un diffuseur LPFM est nécessaire pour générer du contenu local; s'il y a plusieurs candidats pour une fréquence, ceux qui acceptent de créer huit (ou plus) heures d'émissions locales par jour sont privilégiés. Les traducteurs ne sont pas tenus de créer quelque chose localement.
Les licences LPFM sont normalement attribuées à des entités éducatives non commerciales (telles que des écoles ou des municipalités) et sont soumises à des exigences interdisant plusieurs stations appartenant à des propriétaires communs; ce n'est pas le cas des traducteurs. Un traducteur non commercial sans contenu local ou éducatif peut occuper de la place dans le segment non commercial (inférieur à 92) de la bande de radiodiffusion FM. Au cours des fenêtres de classement restreintes de la FCC pour les nouveaux demandeurs, les applications destinées aux traducteurs de radiodiffusion de la même entité (ou d’entités liées) peuvent demander toutes les fréquences disponibles localement dans plusieurs communautés. Une licence LPFM ou un permis de construire ne peut être revendu; ce n'est pas vrai pour les traducteurs. Les entités liées peuvent déposer des demandes pour des milliers de permis de construction pour traducteurs (en utilisant un statut non commercial pour obtenir une exemption des frais de dépôt FCC) et revendre les permis de construction, même si les émetteurs n’ont pas encore été construits.


Les traducteurs de radiodiffusion de stations commerciales sont normalement tenus de recevoir un signal de leur station FM principale offrant des services complets en direct et de le retransmettre dans la région de la station principale, ce qui élimine le besoin d’un traducteur, sauf dans les cas où la protection du terrain pose problème) . Cette restriction ne s'applique pas aux stations éducatives non commerciales. Toute station non commerciale, même dépourvue de contenu local ou éducatif, peut demander qu'un nombre illimité de traducteurs soient alimentés par n'importe quel moyen (y compris par satellite). Tous utilisent les fréquences des stations LPFM locales ou des réémetteurs de stations locales à service complet. Les rediffuseurs existants de la radio publique nationale ont été remplacés par de nouvelles stations religieuses à Lake Charles, en Louisiane, perdant ainsi du contenu local et éducatif.


Boom de traducteur 2003
Une fenêtre de licence 2003 FCC pour de nouvelles applications de traduction a abouti à la création d'applications 13,000, provenant pour la plupart de diffuseurs religieux. En raison du nombre de demandes de licence, les partisans de LPFM l'ont appelé la Grande Invasion de Traducteurs.


Certains radiodiffuseurs ont profité de la réglementation sur les traducteurs FM permettant aux stations non commerciales d'alimenter des traducteurs distants avec une programmation diffusée par satellite à des centaines (ou des milliers de kilomètres) de la zone de couverture de la station mère. Cependant, tous les traducteurs ne peuvent pas être alimentés par satellite. seuls les traducteurs de la partie non commerciale de la bande FM (88.1 à 91.9 MHz) peuvent être des "satellites". Tous les autres traducteurs doivent être directement alimentés en direct, à l'exception des installations de "remplissage" du contour de service d'une station principale. Les traducteurs peuvent nourrir d'autres traducteurs, il est donc possible de créer de petites chaînes de traducteurs alimentés depuis une station distante. toutefois, si un traducteur échouait, le réseau situé au-delà du traducteur défaillant deviendrait sombre. Le nombre d'applications 2003 a dépassé les capacités de la FCC, qui a émis un ordre de mise en attente d'urgence pour les nouvelles applications de traduction jusqu'au traitement de celles déjà reçues. Le changement de règles a déclenché une série de poursuites connues sous le nom de Prometheus Radio c. La FCC. Les stations de radio à vocation religieuse telles que KAWZ (Twin Falls, Idaho) de Calvary Chapel, la Educational Media Foundation et KEBR (Sacramento) de Family Radio ont été relayées par des centaines de stations de "traducteur" FM à travers le pays. Étant donné que les stations mères appartenaient à des organisations à but non lucratif et appartenaient à la partie non commerciale du spectre, elles n'étaient pas obligées de faire en sorte que leurs traducteurs reçoivent leur signal par voie hertzienne. Les partisans de LPFM allèguent que la multiplication des traducteurs pose des difficultés aux opérateurs de stations non traducteurs (en particulier les candidats à une licence LPFM), qui affirment qu’ils ne peuvent pas obtenir de stations en direct car les traducteurs occupent les canaux disponibles dans une zone.


Etant donné que les traducteurs "satcasting" ne sont autorisés que sur la partie non commerciale du spectre (là où les stations LPFM n'existent pas), ils ne menacent pas la capacité des titulaires de licences LPFM d'étendre leurs installations. Les traducteurs non satcastés peuvent poser problème aux stations LPFM; Si une station LPFM est "décalée" de son canal par une nouvelle station à pleine puissance, il peut ne pas y avoir de fréquence disponible à déplacer.


Les règles proposées réviseraient les procédures selon lesquelles les groupes à but non lucratif peuvent demander aux traducteurs (interdire à plus d'un certain nombre d'applications de traduction d'être détenues par une entité), et la FCC a modifié ses exigences en matière de canaux pour que les radiodiffuseurs LPFM libèrent de l'espace sur leurs canaux. REC Networks a demandé à la FCC de donner la priorité aux stations LPFM.


Réseaux de traduction par satellite
Les régions sans spectre FM disponible pour les stations LPFM en raison de grands réseaux de traducteurs distants incluent Chicago (avec plusieurs stations Calvary Chapel et Educational Media Foundation), Atlanta (avec plusieurs stations Way-FM - associées à K-Love et Salem Communications - et Edgewater Broadcasting stations) et à Dallas, au Texas (avec Calvary Satellite Network et American Family Radio). Les marchés plus petits comme Louisville, Kentucky et Knoxville, Tennessee manquent de canaux LPFM en raison des traducteurs distants des diffuseurs tels que Calvary Chapel et Way-FM.
Les plus grands réseaux de traducteurs gérés par satellite étaient reliés à Calvary Chapel (comprenant Radio Assist, Horizon Broadcasting, Edgewater Broadcasting et REACH Media) et American Family Radio, propriété de l’American Family Association. Les réseaux associés à Calvary Chapel ont été au centre des réseaux de traducteurs; plusieurs sociétés liées à Calvary Chapel ont soumis plusieurs demandes pour le même canal. Au moins quatre stations de radio exploitées par les églises de Calvary Chapel et relayant la programmation du Calvary Satellite Network ont ​​été identifiées comme des "stations mères" pour les traducteurs distants, et de nombreuses églises de maison (en plus des préoccupations nationales de Calvary Chapel) ont demandé des licences. American Family Radio, en particulier, a démontré une stratégie délibérée visant à évincer les rediffuseurs de stations de radio publique nationale à des fins politiques.



Australie
RADIO
Les réseaux de radio nationaux australiens (Radio National, ABC News Radio, Triple J, ABC Classic FM et SBS Radio) ont des émetteurs relais qui permettent à chaque service d'être diffusé aussi largement que possible. ABC et SBS permettent aux émetteurs de relais communautaires de rediffuser la radio ou la télévision dans des zones qui, autrement, n’auraient aucun service. Les radiodiffuseurs commerciaux ne disposent normalement d’émetteurs relais que si la géographie locale (comme la montagne) les empêche de diffuser sur l’ensemble du marché.


TÉLÉVISION
Depuis le début de l’agrégation 1990, chaque télédiffuseur utilise plusieurs relais pour fournir un service cohérent sur les grands marchés australiens. Bien que chaque marché soit subdivisé en raison de l'héritage d'anciens radiodiffuseurs commerciaux (Southern Cross Nine maintient deux stations sur le marché de Victoria: GLV et BCV), la seule différence entre ces sous-marchés réside dans les services de nouvelles et la publicité locale. À l'exception des grandes villes, tous les grands diffuseurs de télévision utilisent le même réseau d'émetteurs (qui peut comporter des dizaines de stations relais sur chaque marché). En conséquence, certaines régions ont eu du mal à démarrer le service numérique ou HD en raison de problèmes avec les émetteurs régionaux.


Europe
La plupart des systèmes de radio et de télévision en Europe étant des réseaux nationaux, ce système peut être considéré dans certains pays comme un ensemble de stations relais dans lesquelles chaque radiodiffuseur utilise un réseau d’émetteurs (développé par le radiodiffuseur public ou géré par une autorité financée par le gouvernement). ) pour fournir un service de diffusion à la nation entière.


Asie
Dans la plupart des régions d’Asie, le satellite est la méthode privilégiée de couverture du signal national. Les exceptions sont Singapour (qui interdit la propriété civile de récepteurs satellite) et la Malaisie, qui autorise uniquement la propriété civile de récepteurs fournis par Astro). Sur le plan terrestre, le scénario est similaire à celui de l'Europe. les systèmes sont considérés comme des réseaux nationaux et constituent un ensemble de stations relais gérées par une autorité financée par le gouvernement. Au Japon, toutefois, les stations de télévision appartiennent à des réseaux ou sont affiliées à d’autres sociétés de médias.


Si vous souhaitez construire une station de radio, renforcer votre émetteur radio FM ou avez besoin de tout autre Équipement FM, n'hésitez pas à nous contacter: zoey.zhang@fmuser.net.

Laisser un message

Nom *
Email *
Téléphone
Adresse
Code Voir le code de vérification? Cliquez rafraîchir!
Message

Liste des messages

Commentaires Chargement ...
Accueil| À propos de nous| Produits| Actualités| Télécharger| Assistance| Remarques| Contactez-Nous| Service Clients
FMUSER Fournisseur à guichet unique de diffusion FM / TV
Contactez-Nous